.
Please update your Flash Player to view content.

Heure de Montréal

Heure de Kinshasa

Heure de Bruxelles

Heure de Pekin

Heure de Sydney

Le verset de la Semaine

Car l'Eternel, votre Dieu, est le Dieu des dieux, le Seigneur des seigneurs, le Dieu grand, fort et terrible, qui ne fait point acception des personnes et qui ne reçoit point de présent,

Deutéronome 10:17

Les Orateurs de la Semaine

Past. Fernand Saint-Louis Québec / Canada

Past. Roland Dalo Dalo Ministry / RD Congo

EV. Fernand Legrand Belgique/ Ciel

La Pensée de la semaine ( À venir)

By: Fr. Axel kibau Fefe

SR. Mélanie Hébert Source d'eau vive / Québec

DR. Emmanuel Kama Le Saron / Belgique

PAST. IRVIN BAXTER Les temps de la fin / États-Unis

La vidéo de la Semaine

Témoignage de conversion

Pasteur Franck Alexandre raconte sa délivrance
Soyons connectés au Réseau Média Christ

L’« Emirat du Sahara », une branche d’Al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI), affirme être derrière l’enlèvement de la Suissesse Béatrice Stockly à Tombouctou, dans le nord du Mali, dans la nuit du 7 au 8 janvier.

Dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux mardi 26 janvier au soir, le groupe djihadiste exige, en contrepartie de la libération de Mme Stockly, la remise en liberté de certains de ses combattants emprisonnés au Mali et l’un de ses dirigeants, détenu par la Cour pénale internationale (CPI) de La Haye.

Il s’agit d’Abou Tourab, connu sous son nom de guerre comme Ahmad Al-Faqi Al-Mahdi, qui était un des chefs du groupe djihadiste malien Ansar Eddine, lié à AQMI. Accusé de destruction d’édifices religieux et de monuments historiques à Tombouctou en 2012, il est le premier djihadiste à se retrouver devant la CPI.

« Activités d’évangélisation »

Dans sa vidéo, le groupe djihadiste reproche à Mme Stockly d’avoir enfreint les conditions posées à sa libération, en 2012. Elle avait en effet déjà été enlevée à l’époque par des djihadistes à Tombouctou pendant une dizaine de jours, puis libérée par Ansar Eddine, qui contrôlait alors la ville, grâce à une médiation burkinabée.

Elle est retournée s’y installer en janvier 2013, lorsque les djihadistes en ont été chassés. Selon la vidéo d’AQMI, qui justifie ainsi son rapt, elle s’était engagée à ne pas « revenir en terre d’islam » et à y cesser ses « activités d’évangélisation ».

Mme Stockly apparaît à la fin de la vidéo, qui, selon ses propos, aurait été tournée le 19 janvier dernier. La quadragénaire y décrit son rapt à Tombouctou et y reconnaît ses activités « d’évangélisation ».

Avec Afp

Le Réseau Média Christ

Les Nouvelles Chrétiennes

Radio Témoignage